Bruce Springsteen Le Zenith Paris 22/02/1996

Publié le par mikael bourbon

Merci a Shenandoah Pour le Scan

Replongons dans le concert du 22/02/1996
Le boss a son apogee acoustique ? surement
 Grace a des articles de presse , des photos d'epoques et des scans de Shenanandoah .
Revenez douze ans en arriere



La Derniere heure
*********************

Concerts exceptionnels
à paris

Springsteen
se met à nu
Avant son concert en Belgique, le 30 mars à Anvers, Bruce
Springsteen a posé ses santiags à Paris pour deux shows
exceptionnels. Pour cette nouvelle tournée mondiale, le Boss
se produit en solo en s'accompagnat uniquement d'une gui-
tare acoustique et d'un harmonica. A l'image de son dernier
album, The ghost of Tom Joad, son réper-
toire se veut feutré et intimiste.

*****************************************************************************************************
Le soir illustre
*******************
Le Boss a le Blues

Quand il regarde son amérique
à lui, Bruce Springsteen a le bourdon.
Il pense à la grande Dépression,
aux pépins et aux raisins de
la colère.
Au Zénith de Paris,
il était seul sur scène
mais pas contre tous...
Reportage dans le
z'héros blues.


Il y a des disques qu'il ne faut surtout pas écouter quand il fait gris, froid et quand les vacances
sont encore loin. Le dernier album de Boss est comme ça.
Il s'intitule The Ghost of Tom Joad et conte des histoires tristes de types
 nom-més Billy, Bobby ou Miguel, sanstravail, sans maison, sans paix et
sans repos, des vétérans du Vietnam ou des cow-boys de Sinaloa, des laissés-pour-compte ou des criminels.

 L'Ouest, le vrai... Avec des chansons pareilles, marmonnées à la
gomme, on ne peut pas faire le mariole dans des stades rock'n'roll.

 Avec du blues et rien que du pur bourdon, on ne fait pas venir tout l'orchestre et des choristes rousses qui le poussent.
Donc, on fait comme Bruce en 1996. On vient comme un seul homme avec des guitares et un bel
harmonica autour du cou, une simple chemise et un jean

. On cache ses muscles mais pas sa barbe. Et on demande un peu de silence dans les petites salles.
Encore que le Zénith ne soit pas micro-mini... Et que Bruce
Springsteen en concert solo acoustique, c'est un événement
aussi bien pour Nagui, Louis Bertignac, Alexandra Kazan que
pour nous.

LA MEILLEUR
TEQUILA


"Je suis très content d'être ici, ce soir. Je veux vous donner le
meilleur de moi-même", dit le Boss en français.
Son français est adorable... Et lemeilleur de lui-
même, il le puise, aujourd'hui, dans The Ghost of Tom Joad.

Heureusement pour nous, il a la bonne idée de faire un brin de
causette entre chaque titre.

Et entre Straight Time et Highway 29, il raconte: "Quand on est tout
petit, on est sûr de ce que l'on fera
et ne fera pas plus tard. Mais plus     tard, ce n'est pas comme ça que
les choses se passent".

 C'est l'histoire de quelqu'un qui a appris un peu tard.
Après une version minimaliste de Murder Incorporated, Bruce confie qu'une fois, il y a
bien longtemps, il était dans un bar avec l'envie d'être à la maison.

Et puis est arrivée une fille et de la tequila. Et ce fut la meilleure
tequila qu'il ait bue dans sa vie.
Et cette anecdote, il ne peut pas la narrer dans son pays parce qu'il aurait des problèmes avec Patti, sa
femme.

Ca le fait beaucoup rire et tous les mecs avec lui...
Après une petite visite à l'un de nos airs préférés, Born in the
USA, dans son joli français, le
Boss papote comme un touriste sur le sexe, l'amour.

 Un homme, une femme, c'est très compliqué!
Et ça peut se résumer comme suit: "Meet-fun-trouble.
 Ils se rencontrent, ils s'amusent, ils ont des
problèmes.

Ma relation la plus longue a duré trente ans mais avec des femmes différente" Re-rires
dans la salle.

 Il faut bien ça pour accrocher ensuite à Youngstown,
la crise de la capitale américaine
de l'acier et Sinaola Cowboys,
l'histoire d'un mec dont le petit frère s'est tué en moto.
 En attendant celle des enfant perdus de la
frontière...

BRUUUUCE! A 22 heures, on a franchi la
frontière et pas encore arpenté lesrues de Philadelphia.
Le public des gradins s'est amassé devant la
scène, sauf quelques-uns qui se sont déjà tirés dehors... Mais Bruce promet No Surrender.
Ovation debout pour celui qui sait vaincre l'ennui...

Joëlle Lehrer
********************************************************************************************************

Merci a Shenandoah Pour le Scan

*************************************************************************************************************


Merci a Shenandoah Pour le Scan

*****************************************************************************************************
Le setlist du soir
********************
   1.  The ghost of Tom Joad
   2. Adam raised a Cain
   3. Straight Time
   4. Highway 29
   5. Darkness on the Edge of Town
   6. Murder Incorporated
   7. Mansion on the Hill
   8. Little Things that count
   9. Brothers under the Bridges
  10. Born in the U.S.A.
  11. Dry Lightning
  12. Spare Parts
  13. Youngstown
  14. Sinaloa Cowboys
  15. The Line
  16. Balboa Park
  17. Across th eBorder
  18. Does this Bus stop at 82rd Street
  19. This hard Land
  20. Street of Philadelphia
  21. Galveston Bay
  22. No Surrender
  23. The Promised Land

**************************************************************************************************



Publié dans Retro et Souvenirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article