Bruce Springsteen, Greetings From Asbury Park, N.J. (1973)

Publié le par mikael bourbon



Né le 23 septembre 1949 à Freehold dans le New Jersey, le jeune Bruce Frederick Springsteen va très vite découvrir la musique, et les premières apparitions télévisées d’Elvis Presley vont bouleverser sa vie, comme celle de nombreux autres jeunes gens de sa génération.
Après avoir écumé au sein de plusieurs formations les clubs et les bars d’Asbury Park, Springsteen se fera remarquer par John Hammond de Columbia Records, qui parle alors déjà de lui comme d’un nouveau « Bob Dylan ». Inutile de dire, que les « nouveaux Dylan » furent nombreux au début des années 70. Après s’être entouré de plusieurs musiciens, avec lesquels il joue depuis déjà plusieurs années, comme Clarence Clemons, véritable géant noir, force de la nature et saxophoniste hors pair, ou encore Gary Tallent à la basse, Springsteen forme le E Street Band, qui deviendra rapidement mythique dans l’univers de la musique rock, et qui accompagne encore aujourd’hui Springsteen en studio et sur scène, même si entre-temps le groupe aura été dissous.
En 1973, on ne surnomme pas encore Bruce Springsteen, le Boss, mais pourtant cette année-là voit la sortie de son premier album studio, Greetings From Asbury Park, N.J. ; N.J. pour New Jersey bien évidemment. Un deuxième album sortira plus tard cette année-là, The Wild, The Innocent And The E Street Shuffle, sur lequel nous nous attarderons davantage la semaine prochaine.
Ces deux premiers albums sont encore empreints d’une fougue et d’une jeunesse sauvages, tant dans la musique que dans les paroles. Même si les textes sont l’occasion pour Springsteen de jongler avec les mots et les tournures de phrase, d’une façon que Bob Dylan ne renierait certainement pas, on remarque pourtant déjà l’extraordinaire talent de création de Springsteen, que ce soit dans les personnages qui incarnent les héros de ses chansons ou dans les situations décrites par le songwriter, notamment sur Spirit In The Night.
Quelques pépites surnages parmi des chansons plus confidentielles si on peut dire, c’est le cas de Blinded By The Light qui inaugure l’album, et qui deviendra un véritable hit en 1977, atteignant la première place des charts, dans une version transfigurée que nous proposera le Manfred Mann Earth Band. Une autre très belle chanson, présente sur ce premier album, Spirit In The Night sera également reprise par Manfred Mann, puis intégrée dans son répertoire.
A côté de ces deux merveilles on en retrouve d’autres, comme Growin’ Up dans une version où le piano mène la danse. Il faudra patienter jusqu’en 1999, avec la sotie du coffret Tracks, pour découvrir une version alternative de cette chanson, enregistrée à la même époque, et dans laquelle le piano est remplacé par la guitare. Avec Does This Bus Stop At 82nd Street ? et It’s Hard To Be A Saint In The City, Springsteen plonge dans une poésie résolument urbaine, presque teintée d’un surréalisme qui lui est propre, avec une musique très rythmée. Caractéristiques qu’on retrouve également sur For You, dans laquelle Springsteen fait littéralement exploser toute sa verve dans une effervescence jouissive.
Et en position centrale sur l’album, Lost In The Flood, que je considère comme le meilleur morceau du disque, où la voix teintée d’émotion de Springsteen se pose sur les accords de piano de David Sancious. Une merveille.
Le premier album de Bruce Springsteen est ainsi peut-être moins décousu qu’on n’aurait pu le penser lors de la première écoute. Ce n’est qu’avec le recul, qu’après avoir approfondi l’œuvre du Boss, qu’on se rend véritablement compte que cet album et le suivant (qui auraient pu apparaître comme les plus faibles du Boss) sont d’une importance capitale dans le développement ultérieur et de la maturation de sa musique, qui ne prendra toute sa dimension qu’avec le troisième album, Born To Run, considéré à raison, comme l’un des albums les plus importants de l’histoire du rock.
Greetings From Asbury Park, N.J. est ainsi un album dense, qu’on apprécie réellement qu’après plusieurs écoutes, et qui nécessite malgré une apparente légèreté un effort d’attention afin de pénétrer de la meilleure des façons dans le riche univers musical de Bruce Springsteen.

Greetings From Asbury Park, N.J. (1973)

1) Blinded By The Light
2) Growin'Up
3) Mary Queen Of Arkansas
4) Does This Bus Stop At 82nd Street?
5) Lost In The Flood
6) The Angel
7) For You
8) Spirit In The Night
9) It's Hard To Be A Saint In The City

Publié dans Discographie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article