Bruce Springsteen San Siro Milan 28/06/2003

Publié le par mikael bourbon



Nuit magique. Sparks fly on San Siro !

Le fleuve Amazone à côté des abords du stade doit ressembler à un endroit paisible, Milan est sans doute la capital mondiale du moustique tueur. Saloperie de bestioles qui s'y mettent à 15 pour vous agresser sans relâche. Le seul moustique au monde à vous piquer au travers d'un 501. Belle bête, belle trompe, cochonerie. Les milanais s'avaient à quoi s'en tenir et les voilà qui se barbouille de citronelle dans la fosse. Entre les relans de bières chaudes, les bouffées de chit, les odeurs de sueur et de citronelle, le décors est planté.
Le San Siro est une arène digne des grands cirques romains, construite pour une mise à mort. Elle s'élève bien à 80 mètres de haut et les gradins se remplissent tranquillement depuis 17h15 heure de l'ouverture des portes. Pas de bousculade à l'entrée, on y rentre comme pour une grande fête forraine. Ca a bastonné un peu pour les lucky winners qui ont eu droit de rentrer dans le pit, derrière pas de course effrénée. On s'assied tranquillement, on sirote des bières pas bonnes mais bon... La pelouse du San Siro est recouverte de grandes dalles en plastique, et de-ci de-là on aperçoit des Italiens soulever la protection pour embrasser la pelouse mythique ! Un groupe de fan est même venu avec le ballon et improvise un petit match dans la fosse. Vous avez vu ça quelque part ailleurs vous ? Moi non. Les banderolles s'affichent tout autour du stade : "Thank you Adel", "Now you know our love is real", "This land is your Land", "San Siro 85 - 2003 !", et j'en passe.





Il fait chaud très chaud et quelques uns succombent déjà. Encore deux heures à attendre. Au dessus de nous de gentil nuage se dessinent et amène enfin un peu d'ombre. 19h30 les premiers rodies font leur apparition sur la scène, on teste les guitares, on tape sur la grosse, puis c'est le tour des roadies à la poursuite de grimper sur leurs échelles. La foule gronde et des olas fusent de partout dans les tribunes maintenant pleines à craquer. Ca siffle, ça chambre. les frissons commencent à nous descendre sur l'échine. 20h00, tout le monde est debout, les rangs dans la fosse se sont ressérés et déjà on trépigne sec. Les minutes tombent plus lentes que jamais, les coeurs s'emballent. La pression est à son comble quand, le long de la ligne de touche derrière une imposant palissade on aperçoit le E Street Band et Bruce sortir des backstages et se diriger tranquillement vers la scène. Les cris et applaudissements volent d'un coup et bientôt tout le stade entier s'est levé pour acclamer ses héros, qui prennent encore une minute avant de monter sur scène.

Ca y est ! Ils sont monté un par un sur scène sous les acclamations endiablées du public milanais quand soudain le stade entier explose. IL est là ! Un petit signe de la main, il attrape son harmonica, ok on est bon pour The promised land en intro. Folie totale dans la fosse on danse, on saute, on hurle. La soirée s'annonce longue et chaude. Surpris ?
The Rising, lonesomeday, My love, Darkness, tient des p'tites gouttes d'eau, Empty Sky (on reviendra pour le silence demandé par Bruce, le stade entier chante et ressemble à une gigantesque guirlande de lampion !). The River, Bruce ne souffle même pas son harmo dans et tend le micro à la fosse qui fait plus de bruit que Max !!). Les p'tites gouttes rafraîchissantes d'il y 5 minutes se sont transformées en grosses gouttes, puis en pluie, puie en averse puis en torrent ! Un rideau de pluie ? Non un mur ! on distingue à peine la scène. Trampés jusqu'aux os en moins de 30 secondes. The River s'achève, Bruce pointe le bout du nez vers le ciel, cris la tonalité au E Street et s'engage dans un plus que de circonstance Who'll Stop the Rain. Si à paris ce chant avait calmé les esprits du ciel ici il n'en est rien. Le mur reste infrachissable. Par dizaine des gens reculent. Ce qui nous permet de gagner aisément 20 mètres dans la fosse. Nous sommes au milieu de dizaine de tiffosi enragé, tout le monde est torse nu, ça pogote grave, le bonheur le plus complet. Une fête sans précedent. Bruce prend son pied et part dans une histoire délirante sur Growin' Up et invite le public à scander son nom. A mourrir de rire ! La pluie cessera enfin uen bonne demi heure plus tard pour laisser place à un orage sec. Le ciel se lezzarde d'éclaire et rend cette fin de concert surréaliste. It's just dry lightning.



Badlands, Waitin, out in the street finisse d'achever la foule qui en redemande encore. mais Bruce calme le jeu avec un superbe Follow that Dream : "Solo per Italia !". Thunder Road mais à genoux les derniers irréductibles qui devront pourtant sortir leur denières onces d'énergie pour deux rappels de folie. Bobby jean repris par tout le stade, Born to Run hurlé par tout le stade, Ramrod dansé par tout le stade ! "Ci vediamo ancora" lance Bruce. Ouf, on pouvait craindre un dernier concert en Europe pour le E Street Band, Bruce nous en promet d'autres... Tandis que Dancin' in the Dark s'achève, tout le monde s'attend à Glory Days pour ponctuer cette soirée magique. Dans une bouilli de cri et d'applaudissement on entend rugir la guitare de Bruce. Mais qu'est ce que c'est ? On entend pas grand, on arrive pas à deviner... merde c'est ROSIE !!! Explosion final pour 10 minutes d'un bonheur infini et d'une joie sans commune mesure. "Le pied !" suffirait à peine pour décrire les frissons qui parcourrent tout nos corps trampés et ruisselants.

La fête est finie, la foule sort du stade tranquillement, la tête pleine d'un rêve inoubliable, que seul les livres d'histoire pourront peut-être un jour raconter. Et dans cent ans certain se vanteront encore d'un "j'y étais !". Les salops hein !

Arnaud Murger



L'integrale en audio

The Promised Land
The Rising
Lonesome Day
My Love Will Not Let You Down
Darkness on the Edge of Town
Empty Sky
The River
Waiting on a Sunny Day
Who'll Stop the Rain
Growing Up
Worlds Apart
Badlands
Out in the Street
Mary's Place
Follow That Dream
Thunder Road
Into the Fire
No Surrender

Bobby Jean
Ramrod
Born to Run

My City of Ruins
Land of Hope and Dreams
Dancing in the Dark
Rosalita (Come Out Tonight)

Disk 1
http://www.megaupload.com/?d=F7GEPAYE
Disk 2
http://www.megaupload.com/?d=P1OS7VJR
Disk 3
http://www.megaupload.com/?d=C14M9QDT



Publié dans Retro et Souvenirs

Commenter cet article