Bruce Springsteen Festival Jazz Nouvelle-Orleans 30/04/2006

Publié le par mikael bourbon


Quel cadeau!

Philippe Rezzonico
Le Journal de Montréal


LA NOUVELLE-ORLÉANS -- Le premier spectacle avec le Pete Seeger Session Band, c'était le cadeau de Bruce Springsteen aux habitants de La Nouvelle-Orléans. Et quel cadeau ce fut !
Avec 18 musiciens et choristes, le Boss a fait lever le Fair Grounds du Jazz et Heritage Festival comme pas un, hier, en clôture du premier week-end de festivités.
Combien y avait-il de fans gorgés de soleil sur le site boueux en raison des pluies de la veille? Soixante, soixante-dix mille? Aucune idée parce qu'on a mis 45 minutes à se frayer un chemin à 30 mètres de la scène, pour partager ce moment de pur plaisir avec des gens de Detroit et de Baltimore. Bref, on voyait des gens à perte de vue derrière nous.

Le Boss militant
Devant, on a vu Springsteen lancer le party avec O Mary Don't You Weep et John Henry, des chansons texturées de solos de violon country, d'harmonica et de banjo qui pourraient réveiller une communauté touchée par un désastre naturel, ce qui fut le cas. La guitare sèche pointée vers le bas, jouant souvent sur une jambe, le Boss donnait ses ordres à son groupe de musiciens, plus imposant que son E Street Band.
Si une foule de chansons et la ceinture de Springsteen qui a cédé (oups !) portaient à faire la fête, le Boss militant était bien là, fustigeant «les politiciens qui ne travaillent pas pour le peuple» avant de chanter My Oklahoma Home - l'histoire d'un autre désastre - et dédiant sa propre My City of Ruins (Asbury Park) à la foule, qui levait les bras vers le ciel pour le «Rise up!».

Le Boss festif
Néanmoins, c'est le Springsteen festif qui a dominé avec des chansons comme Jacob's Ladder, gospel au possible. Le Boss a aussi sorti quelques trésors à lui, comme cette offrande de Johnny 99 avec six cuivres (formidable), une version boogie woogie rock'n'roll de Open All Night (percutante) et une hallucinante relecture cajun de You Can Look (But You Better Not Touch)... au troisième rappel.
L'ovation monstre qui a suivi était bien plus qu'un salut des festivaliers, ça ressemblait furieusement au véritable signal de départ de la renaissance d'une ville.

L'integrale en audio


http://www.megaupload.com/?d=CZL169A5

OH MARY DON'T YOU WEEP / JOHN HENRY / JOHNNY 99 / OLD DAN TUCKER / EYES ON THE PRIZE / JESSE JAMES / MY OKLAHOMA HOME / MRS McGRATH / HOW CAN A POOR MAN STAND SUCH TIMES AND LIVE? / JACOB'S LADDER / WE SHALL OVERCOME / OPEN ALL NIGHT / PAY ME MY MONEY DOWN / MY CITY OF RUINS / BUFFALO GALS / YOU CAN LOOK.... / WHEN THE SAINTS GO MARCHING IN

Publié dans Retro et Souvenirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article