Brothers,beers, blonds & Bruce "ma" règle des 4 "B" de Stockholm 21/05/2006 ... par rockerman

Publié le par mikael bourbon



3 Jours de liesse, 3 jours de découverte, 3 Jours sans sommeil, 3 Jours de Bonheur…3 Sublimes journées à rajouter au joli compteur de plaisirs de ma jeune vie….

Un nouveau trip chargé d'émotions, un nouveau trip chargé d'intensité, un nouveau trip rempli de partage et d'amitiés, un nouveau trip gravé dans ma petite tête pour l'éternité.....

Un départ de Paris en plein mois de Mai en direction de Beauvais sous un ciel de Mars...drôle de météo, qui annonçait sans le savoir la dévastatrice (Au sens positif !!!!), et fabuleuse tornade de ce week end...

Je savais que le vieux proverbe, sans cesse répété par les adultes depuis que nous sommes tous petits....et qui consiste à dire: "Jamais deux sans trois...", allait une nouvelle fois prendre une ampleur légitime, j'en étais certain…. car ce qui s'annonçait pour mon décompte perso, comme étant mon trente quatrième rendez vous avec le patron ne pouvait que tenir ses promesses…..

Surtout qu’après la surprise et l’explosion émotionnelle Parisienne, et le hold up espagnol en compagnie d’une jolie poignée de blood brothers, je partais  en direction du pays des rennes, des bjorg, et des heidi aux couettes « jaune paille »… curieux, excité et conquis d’avance….

Un décollage de Beauvais super flippant avec un vent de travers super violent, prendre l’avion pour aller voir Bruce ok, mais prendre un risque inutile…moyen quand même comme perspective…. J’ai quand même trois kids qui comptent plus que tout après tout….


Finalement un décollage réussi, quelques turbulences « turbulentes », et une jeune classe d’étudiants suedois qui rentraient au pays, n’a rien trouvé de mieux, dès que l’oiseau a pris son envol au dessus de la campagne française d’applaudir à tout va….

Alors même si je suis plutôt du genre à aimer maîtriser dans la vie de tous les jours….là je dois avouer qu’en plus de dépendre de la situation… que j’ai eu un peu beaucoup la trouille quand même…. d’autant que ces quelques interminables secondes de secousses anormales associées aux applaudissements m’ont rappelé à ce moment précis  les premières minutes de ce film diabolique et dont le titre est « Destination finale »….

Rien n’était final, ce n’était que le début d’une destination de « départ », ou l’arrivée allait être une nouvelle fois, source de sublimes promesses….

Il ne pouvait en être autrement, car j’avais pris le soin de ne pas oublier mon petit porte bonheur, de le plier et de le glisser entre mes tee-shirts de vieux rocker, ce joli et good « Karma », que j’avais ramené de Barcelone, et grâce à lui et à partir de ce moment là, il ne pouvait  évidemment plus rien nous arriver….

Débarquement de l’avion, embarquement dans la volvo louée pour l’occasion avec mon complice et associé de cœur et de business….repérage du chargeur de cds, chargement des premières notes volées du John HENRY parisien, et direction stockholm pour « the last one show before the next »…

100 Kms de campagne verte tachée de maisons de bois rouge, ocre,  et jaune…. parcourue tout du long sur les notes du « boot » sublime de Paris (Merci TOF, c’est grâce à toi aussi que ce moment là a pu exister !!!). La voix eraillée du patron eructant des enceintes de notre carosse de pelerins du rock…l’image d’épinal suedoise dans les yeux et notre rendez vous dans les oreilles…. Que du bonheur !!!!

Et puis un acceuil urbain plutôt innatendu, un évènement météo incroyable, que je n’avais jamais vu auparavant…une pluie soudaine et battante sur le pare brise a petit à petit laissé entrevoir l’un des plus surprenant  poster que la nature ai eu l’occasion de m’offrir !!!!

Un Arc en ciel géant « ourlé » de deux bandes jaune magnifique, et emprisonnant une bande de ciel gris de plusieurs dizaines de mètres de large….une arche d’acceuil sous laquelle nous sommes passé ébahis, un moment indescrïptible immortalisé par quelques photos, parce que, à moins de vivre ce truc, rien de précis ne peut le décrire….

Arrivés à l’hôtel, prise de quartiers, puis descente au bar pour une petite mise en route par les jolis starters liquides de mon blood brothers, un cocktail sympa que je ne connaissais pas et qui porte le joli nom de « Black russian »…..un, deux, trois, puis quatre, histoire de ne pas se raconter d’histoires justement et de profiter de chaque seconde qui s’offrait à nous….

Rejoins par 4philling, mon vieux complice de Milan, de Bruxelles et de Paris quelques heures plus tard, un sourire arrogant de bonheur accroché aux lèvres…

Tout à ce moment là paraissait évident, nous nous retrouvions comme pour un rendez vous naturel, un hôtel perdu dans le nord de l’europe, un timing parfait, tout était écrit….et quand je pense qu’il m’arrive de perdre ma femme dans les rayons du supermarché de mon village !!!!

Stockholm, jolie ville qui ne s’endors jamais vraiment….en laissant planer dans ses cheveux d’or une lumière d’aube, même à trois heures du matin il fait jour…troublant et fascinant, innatendu et magnifique…

Puis vint « l’incontournable » tour du monde de nos concerts respectifs, contés et recomptés, faits et refaits, écrits et décrits, autour de moults bières suedoises, et d’un succulent steack de cerfs, dans le seul restau de la ville (Et que nous avions en plus choisi complètement au hasard !!!….), qui avait été le seul bar qui avait abrité la veille, la soirée entièrement dédiée au patron et à ses fans suedois… nous étions donc et une nouvelle fois encore et toujours là, où mon « Karma » m’avait emmené…A l’endroit même où nous ne pouvions êtres pris pour des illuminés, puisque tout était écrit….



Dîner suivi d’une nuit claire…d’une nuit blanche…d’une nuit musicale à capter les ambiances de la vie nocturne suedoise…Un bar par ci, une boite par là, un verre ici, et même une affiche annonçant le prochain concert de Nils LOFGREN, le 28 Mai prochain là pile poil devant le bar d’où nous sortions….quand c’est écrit, c’est écrit…..
La nuit est souvent réputée chaude dans les pays froid, la suede ne déroge pas à la règle…
Des gens qui aiment la fête, des filles souriantes, des couettes qui dansenr, des vikings hospitaliers et acceuillants….Et cette nuit qui n’en fini pas de vouloir tomber, et qui joue avec ce jour qui lui ne demande qu’à se lever…belle expérience à vivre en tout les cas….

Deux ou trois petites heures de sommeil plus tard, direction le « HOVET », et qui si mes sources sont bonnes, est à l’origine une patinoire…Salle se trouvant juste en face du Palais des congrès local…une grosse boule blanche rappelant étrangement notre Geode, mais qui est à Stockholm la plus grande salle sphérique du monde…une grosse balle de golf posée au milieu des quelques buildings suedois….

Le boss, à toujours aimé les annexes, les salles moyennes, voire pour certaines petites… plus de chaleur, plus de sensations, plus près de son public (Sans l’appetit aiguisé de LANDAU, et le succès de la tournée BITUSA, se serait-t-il frotté aux stades, qui sait ?!), en tout les cas la salle sympa, est déjà entourée d’une bonne centaine de « rock addict », pour la plupart affalés dans des transats, dont certains carémment emmitouflés dans des sacs de couchage et à peine réveillés….

Direction « la » maîtresse de cérémonie, l’organisatrice en chef de l’enregistrement des ordres d’arrivée, cette suedoise, grace à laquelle nous avons pu acheter, et de France s’il vous plait, nos tickets suedois….

Fidèle à son poste, cahier de brouillon, feutre et stylo prêts à dégainer, tout comme à Paris et à Barcelone, mais là, jouant fièrement à domicile…..

Deux trois échanges de circonstances, des salutations cordiales mais pas explosives (Le viking est quand même du genre pudique, sauf quand…..ha ça c’est pour plus tard !!!!), puis l’inscrïption convoitée laissant entrevoir la perspective d’une soirée s’annoncant comme festive, validée par un numéro inscrit au feutre sur la main, 129 pour moi, 130 et 131 pour mes blood bro’…..il est 11h, rendez vous 6h plus tard….

La salle se trouvant à proximité d’un centre commercial, notre journée s’est articulée entre les cafés du mac donald du quartier, les ballades chez le disquaire de la gallerie annoncant en tête de gondole que le dernier album du boss était classé second des meilleures ventes locales….

Quelques breuvages de circontances partagés autour d’un déjeuner, histoire de prendre quelques forces, en compagnie d’espagnol vu d’ailleurs une semaine auparavant à BARCELONE….Une little nap d’un quart d’heure dans la voiture, à l’endroit même où les camions siglés « EST », déchargait le mattos du soir….

Une poignée de fans attendent là où Bruce est censé arrivé, mais à 16h, toujours personne….Le timing de la promesse du matin, se rapproche, nous rejoignons donc la foule des impatients, histoire d’esperer la distribution rapide de notre sésame (Le troisième en trois semaines !!!!) devant la salle….

Un pit bull (réputé comme tel dans le staff de LANDAU et CARR), nous rejoins quelques minutes plus tard, et organise la file des « numérotésé, pour accroché à chaque poignet tendu, ce petit bout de papier, qui à chaque fois nous promet un emplacement de rêve, pour une parenthèse de rêve…. A l’annonce du « one hundred twenty nine »…  « Serge »….Je m’approche…je tends mon bras….c’etait écrit….par mon karma….

Deux trois sons lourds et festifs s’échappent de l’intérieur de la salle, du tuba, quelques cuivres, des sonorités de batterie…Bruce est là, à l’interieur, et nous là, à nouveau pour lui à l’exterieur….

Des morceaux inconnus et jamais entendus filtrent, des essais manifestement pas concluants, une ambiance musicale bizarre, un  peu ce que l’on pourrait entendre à un bal des pompiers un soir de 14 Juillet….Hé Bruce, tu nous prépares un  truc « Special for a swedishs », ou quoi, la danse du Hareng….Et puis les notes de ce bon vieux John HENRY, nous paraîssent plus claires….Pas de doute au vu de la pêche qui à l’air de regner à l’interieur, la soirée s’annonce festive….

Il est 18h, les gens arrivent par paquet de cents : Espagne, Italie, Angleterre, Finlande, ce n’est pas la coupe du monde de Foot, mais celle des gens heureux de se retrouver, parce que simplement concernés par un nouveau rendez vous unique avec un mec unique et fédérateur de tous les peuples du monde…… sur l’humble autel de son talent et de sa générosité…..

Et puis il y a parfois des signes…. de simples signes, qui se vivent sans s’expliquer, envoyés par la vie…il suffit juste de leur accorder l’importance qu’ils méritent au moment où ils se vivent…..Le karma ….il ne faut surtout pas chercher à le décrypter, tout à l’instinct et à l’émotionnel… sans se poser de questions, rien que le feeling…..

A quelques minutes de l’entrée dans la salle, mon regard s’est posé par terre, en direction d’une boite en carton écornée, et complètement écrasée par les piètinements de la journée, une vielle boite qui avait été apportée là par des fans…une vielle boite de cartes à jouer, qui avait dû palier aux longues heures d’attente de ceux qui avait dû et pu en profiter…puis sans raison aucune, je me suis baisser pour la ramasser, histoire à ce moment là d’occuper mes doigts…et un peu ma tête lourde de ces interminables kms parcourus, des toutes ces longues heures d’attentes, et des ce troisième show à vivre et à partager avec mes deux frangins…..

La boite était, comme je le pressentais complètement vide, et puis, en y regardant de plus près… trois cartes retournées étaient coincées à l’intérieur, trois réctangles de cartons…je les ai sorties, et c’est en les retournant, que je me suis mis bêtement à rire….Il s’agissait de la seule carte qui permet de se tirer de n’importe quelle impasse, celle qui vous donne la chance et qui fais de vous le « risque tout », « l’innatendu », et qui vous offre, et ce quelle que soit la situation « l’ultime parade »….trois cartes…trois jokers !!!! Imméditement distribués à mes compagnons de cœur, de passions partagées, de trips, et d’experiences vécue de nos jolies vies recpectives….Encore ce foutu Karma… imparable, mystique et providentiel !!!!

Et quelques minutes plus tard, et comme par magie je me retrouvais transporté à 2mètres du Micro,  en plein centre….et au regard de mon numéro inscrit sur le dos de ma main : Le numéro « 129 », me retrouver juste derrière la suedoise au numéro 1, me paraît être un joli signedu « Joker » rammasé quelques minutes auparavant, un signe de plus qui n’appartient qu’à moi une nouvelle fois….mais tellement beau et innatendu que je me devais de vous en parler….

Puis la parenthèse d’explosion, explosa…Bruce saluant là à quelques grosses poignées de centilètres… chacun de ses musiciens dans la pénombre de la salle….un par un, certains ont droit à l’accolade, d’autres à une caresse affectueuse sur l’épaule, et d’autres encore, à la petite tape amicale dans le dos…Puis chacun s’installent aux commandes de leurs instruments prêts à nous offrir l’ultime show du premier leg europeen….

Bruce, nous gratifie d’une phrase en yaourt suedois (d’où le choix du nom Fjord pour les fameux yaourts !!!), pour nous dire bonjour….Deux trois notes de Banjos et de violons, une caise claire qui sonne, et john HENRY arrache une nouvelle fois tout sur son passage….

La voix est argneuse, le look plus farmer que gentleman, le cheveux Hirsute, le look bien rock and roll, ça pousse un peu derrière…je suis à 1m50, si je tends les bras, je ne suis pas loin de chopper le manche de la guitare, Bruno et Phil, sont là juste derrière moi, les yeux ecarquillés de bonheur….Nous étions les jokers, nous étions là rien que pour ça, et nous y étions putain de ….. !!!!

Les titres s’enquillent à une vitesse vertigineuse, les zicos sont rodés et bien rodés, le micro de Patti resté vacant est pour cette ultime date, occuppé par le joueur de dobro, en lieu et place, juste à sa droite….marc Thompson, qui lui aussi avait décidé de faire valser la garde robe des débuts pour se parer d’un vieux stetson élimé, et d’une vieille chemise tout droit sorti de la penderie de Charles INGALLS !!!!!

Le son est bon, lourd, gras, ils ont bien baroudés depuis l’Irlande, doivent se connaître un peu mieux, ils rentrent au pays, et ont l’air  super contents d’avoir réussi, contre toute attente finalement, leur pari d’avoir fais chavirer de bonheur des salles entières….Surtout avec leurs chansons de cul terreux, croyants et pratiquents, qui grimpent sur des échelles de jacobs et sont en retard au retour du champs pour bouffer leurs soupes….Fallait oser Monsieur SPRINGSTEEN, de nous mettre dans la gueule un pan tout entier de la culture musicale Américaine avec autant d’inventivité, de pêche, d’osmose, et une nouvelle fois de talent et de générosité…..

J’appréhendais que mon emplacement de rêve ne puisse être gardé très longtemps, mais tandis que la scène s’enflamme, la fosse fait danser ses bras, tape du pied, entonne les refrains devenu maintenant depuis quelques semaines, de véritables hymnes…. Et le tout dans une liesse maitrisée sans mouvement de foule…..

Une set list mixée pour moi, qui ai eu la chance de vivre trois shows….Pas de Cadillac, mais un adam raised acain, un bring them home, et un ramrod de folie, pas de Should i fall, mais un incroyable « open all night » remanié pour compenser l’absence de Patti……



Des cuivres qui ne veulent pas s’arrêter d’hurler, Banjo « man » qui s’éclate en faisant d anser ses boucles noires tout autour de ses yeux ébahis, Soozie, radieuse et plus maître de cérémonie depuis que sa vieille copine est rentrée « at home »….des come on « Charles » en veux tu en voilà….très grosse maîtrise encore tout du long….

Des milliers de mains qui simulent la montée de l’échelle de l’incontournable « Jacobs lader », sur le refrain qui n’en fini pas….les regards ébahis des suedois sur les réorchestration de Johnny 99 (Spécial dédicace José sur celle-ci, impossible autrement !!!), Bruce qui cours après son batteur qui fais tout pour ne pas être rattrappé et ramené dans les loges sur la sortie de « pay me my money down », le martellement du sol des milliers de sauts de kangourous sur le « la, la, la » de Ramrod, et ce mec, juste là, qui me donne même parfois l’impression de me monter du doigt, genre « Hé l’ami t’es encore là ?! », bha ouais et tant que seras là, j’essaierais d’y être aussi….

Des versions de 6,7,8 et 9 minutes de trucs de malades, avec des poses de fou, et des interprétations de dingues…. Bienvenu dans notre asile de l’instant, où toute personne normalement constituée n’a pas sa place…..

Et quelle classe, Bruce qui se bat avec son foutu ceinturon qui à l’air de vouloir le lâcher en pleine chanson, qui engueule fermement mais gentiment le mec se trouvant là juste devant avec sa caméra super 8, qui avec son bruit de mini mitraillette, finissait par pourrir le son de l’intro « Guitare » de l’hymne parmi les hymnes : « We shall overcome » …..

Jamais vu d’aussi près un mec aussi grand, la chemise est nonchalamment déchirée (On voit que patti est rentrée…), le futal trempé de sueur, le bras ruisselant sur les guitares envoyées à la chaîne par Kevin BUELL, limite si je n’ai pas pu compté ses bracelets portes bonheur brésilien, sur son poignet gauche, vraiment limite…..

En shootant quelques photos volées, j’ai parfois eu l’impression qu’il allait m’engueuler tellement, il etait là tout près, avec sa nouvelle bande de garnements…. Un mec de 57 automnes qui joue sa vie à chaque concert comme si c’était le premier, vous en connaissez beaucoup vous ???

Des ballades à couper le souffle, avec un Marc Thompson, maitrisant maintenant chacune de ses interventions vocales, dans la pause et dans ses performances partagées avec son nouveau poto… Bruce….

Une salle festive, mais pas Espagnole, mais une salle conquise quand même, un « come on rise up » chanté à l’unisson sur My city of ruins, qui n’avait rien à envier à notre Bercy….Puis un Bruce qui doit partir, mais qui ne veut pas, qui doit rentrer et qui à vraiment l’air de jubiler à l’idée de revenir en France, en Espagne, en Italie, et en Suede ou en Norvège pour fêter toujours et encore ses 20 piges…….dans quelques mois….

Bruce, tu m’as fais sauter comme un kangourou, tu m’as fait chanter comme un dératé, tu m’as fait pleurer comme une mauviette, tu m’as fait faire le papillon avec mes mimines, tu m’as fais cogner les pits européens avec mes pieds, tu m’as offert presque 8 heures de ton incommensurable talent l’espace de trois shows, qui resteront gravés dans mon petit panthéon à moi….

Certes tu m’as fais faire des concessions, tu m’en a fait faire des milliers de bornes, en voiture, en train, en avion…tu m’en a piquer des putains d’heures de travail à attendre, des heures de sommeil à devoir me lever pour m’approcher au plus près de toi, et évidemment que tu m’en à couter de la thune, en masse comme dirait les canadiens, mais tu sais quoi ???!!!

Si c’était à refaire, je signe de suite, avec des moufles, car maintenant j’en ai la ferme et définitive certitude, jamais sur la longueur un mec tel que toi ne pourra m’offrir les perles musicales qui sont nées dans ta tête, toutes ces compositions qui ont vu le jour entres tes doigts, ces hymnes parmis les plus grandes chansons gravées sur les tables des commandements de la musique, celle qui est la mienne, et à laquelle je reste et je suis fidèle depuis presque 30 ans……

Là à 1m50 de moi, se trouvait le mec qui avait pondu toutes ces chansons….ces putain de chansons qui sont venues ponctuées, mes joies et mes bonheurs, mes tristesses et mes malheurs, sans parler de tous les souvenirs qui y sont rattachés pour mon éternité… jusque mon dernier souffle……

Alors certes, l’impudeur de ma déclaration, en heurtera peut être certain…..Mais je m’en carre d’une force…….

Pour finir, et parce que lorsque que l’on devient le joker, la vocation est d’animer….nous sommes tous les trois sortis d’un ultime show, complètement groguis de bonheur, vidés et comblés, et nous avons pris la direction complètement innattendue d’un bar, dans la ferme intention de prolonger un peu cette soirée au travers d’une forme de receuillement partagé, en guise de débrieffing, le tout autour de quelques bières….

Mais le karma, qui ne ous avait pas lâché d’une seconde, ne nous avait pas emmené là par hasard, attiré par le bruit effervescent d’une ambiance festive, nous sommes entrés dans le seul bar, qui avait décidé de nous offrir « L’after de notre vie de spectateur fraîchement sorti d’un show du boss »….tous les standarts du boss chantés dans « Le bar » celui, qui aurait pu avoir fait office de décor au clip de Glory days….

3 jokers deshinibés, trois jokers français, trois jokers heureux de monter au suedois que nous n’étions pas là juste de passage….

Arrosés de bières fraîches, nos gosiers ont chantés jusque tard dans la nuit, tous les titres du boss, en compagnie de suedois ebahis par notre joie communicative et nos yeux quelques peu fatigués mais éclairés d’envies et de vie, à l’idée de vouloir faire partager notre bonheur….

Nous nous sommes retrouvés bras dessus, bras dessous à rire, chanter avec de très jolies filles, des garçons très tatoués, des vikings très sympas et des gens qui avaient juste envie de se rapprocher de nous pour prendre un peu de notre bonheur et le partager, et quel bonheur ça à été de fermé ce bar dans la liesse vers 3 ou 4 heures du matin sur le refrain de « Pay me my money down » !!!!

Je crois que de ma vie entière, je n’ai jamais autant attendu que les arbres rougissent, que les feuilles tombent, parce que sur le calendrier de mon rythme chrono biologique, ça voudra dire que c’est l’automne, et cet Automne est une nouvelle fois annonciatrice de jolis partages dans la fête, la musique et la liesse…..

Voilà en gros le « rock report » d’un week end, mais aussi de trois semaines d’émotions partagées avec vous tous…..

Et pour finir, si un jour vous trouvez un vieux carton usé, et écorné par terre, baissez vous…il ne serait peut être pas impossible qu’il puisse renfermer un trésor…un trésor tout simple et ou tout bête, mais le vôtre de trésor….un trésor pour soit, et pour ce qu’il pourrait representer dans votre vie tout simplement…..parce que le miens et celui que j’ai offert à mes deux compagnons de route, que je serres très fort contre mon cœur….à pris une place très importante dans le karma de ma vie depuis quelques jours…….

See u à tous mes potos et à toutes mes frangines croisées ici où là, par tel ou par voix, par partages et ou par pit, par comptes rendus et ou par regards…ils se reconnaitrons...et quel bonheur encore plus grand et décuplé de les avoir eu à mes côtés depuis ces trois dernières semaines...sincèrement !!!!!

Vivement les prochains…, et vivement les marrons aux marronniers !!!!

« Joker »m@n

Setlist 21 mai: John Henry / O Mary Don't You Weep / Johnny 99 / Old Dan Tucker / Eyes on the Prize / Jesse James / Adam Raised a Cain / Long Black Veil / Erie Canal / My Oklahoma Home / Bring 'em Home / Mrs. McGrath / How Can a Poor Man Stand Such Times and Live? / Jacob's Ladder / We Shall Overcome / Open All Night / Pay Me My Money Down // My City of Ruins / Ramrod / You Can Look (But You Better Not Touch) / When the Saints Go Marching In / Buffalo Gals


Publié dans Retro et Souvenirs

Commenter cet article